Frontalière Jessaldine.

Voyez et admirez, hobbites et hobbits, votre Frontalière Jessaldine !


Pour ma première tenue, il m’était impossible de faire autrement que de vous présenter ma Jessaldine, et dans une des tenues que j’affectionne particulièrement. En effet, la petite hobbite toujours bien habillée et courtoise, présente à quelques événements et faisant preuve d’une joie inépuisable, s’avère être en fait une frontalière. Attention à vos paroles mesquines, Grandes Gens ! Cette hobbite est très fière de son travail, et prend à cœur la protection de la Comté comme jamais vous ne pourrez prendre à cœur quelque chose. Malgré tout ce que vous pourrez penser d’elle, elle n’hésitera jamais à sortir ses armes pour vous empêcher de faire du mal aux siens, même si vous êtes un des guerriers les plus forts de votre pays. Bien évidemment, sa haute fonction s’accompagne d’un uniforme réglementaire !

16

À vrai dire, il s’agit de la troisième tenue que j’avais confectionnée pour ma hobbite, mais j’en avais l’idée dès sa création. Il me fallait une tenue de frontalière. Je me suis donc naturellement inspirée des PNJs des frontaliers, mais leur tenue n’est pas accessible. Quand je suis allée voir les équipementiers, il y avait en effet un haubert de frontalier, mais qui n’avait rien à voir avec ce que nous pouvions voir sur les PNJs – en plus, je ne l’aimais pas. Seul le chapeau, que l’on obtient avec les quêtes de Grand’Cave au début, était une réplique parfaite et impossible à remplacer par autre chose. Néanmoins, la couleur fade de base ne me plaisait pas. Quant à la tunique, la veste bordeaux ne peut pas être teinte, c’est pour cela que je suis partie sur cette couleur pour le chapeau.


Une nouvelle journée qui commence...
Une nouvelle journée qui commence…

Bien qu’elle aimât trop sa fonction pour s’en plaindre, les horaires étaient parfois épuisants. À vrai dire, la veille, Jessaldine avait fini son service avant le premier souper, mais elle s’était alors empressée de se rendre au gala du Lierre Touffu – pour les rares fois où elle le pouvait, elle ne le manquerait pas ! Bien évidemment, la soirée avait été plaisante – elle avait pu voir son amie Louella notamment, qu’elle n’avait plus vue depuis le défilé – mais ce matin-ci, elle regrettait quelque peu son escapade nocturne (bien que les compliments sur sa nouvelle toilette l’eussent ravie). 

Le réveil fut difficile, mais rien ne pouvait terrasser le courage de la hobbite, qui s’empressa de faire sa ronde habituelle, afin de vérifier que Stock, le Brandevin et le Pays de Bouc étaient calmes. Sa vigilance s’était accrue il y avait des mois de cela, lorsqu’un étrange cavalier, telle une ombre, avait fendu la nuit dans un bruit assourdissant. Il ne s’était pas attardé, fort heureusement, mais de ce qu’en avait appris Jessaldine, il avait fait quelques dégâts de l’autre côté du fleuve. Si un tel maroufle osait s’aventurer une nouvelle fois, il rencontrerait le fer de sa lance (après une discussion civilisée tout de même, ce pauvre bougre avait peut-être ses raisons, qui sait). 

Alors ? Du nouveau Horacio ?
Alors ? Du nouveau Horacio ?

En contrebas, elle avait aperçu un de ses collègues frontaliers. Tout naturellement, elle était allée à sa rencontre pour le saluer et, il fallait l’avouer, faire un brin de causette – hé bien, oui, elle avait ouï dire que la nièce de son beau-cousin au troisième degré était tombée malade, et il était également de son devoir de… de se tenir au courant du bien-être de ses voisins. 

Non, monsieur Bophin, je vous empêcherais de risquer votre vie bêtement !
Non, monsieur Bophin, je vous empêcherais de risquer votre vie bêtement !

Enfin, chaque jour avait son lot de surprises. Sans qu’elle ne put l’expliquer, ces hobbits, malgré leurs routines, arrivaient toujours à quelques fantaisies dont eux seuls avaient le secret. Ce jour-là, durant sa ronde, la frontalière avait été attirée par les bruits d’une foule, près de la rive. Elle accourut, pensant qu’un pauvre hobbit se noyait – elle ne savait pas nager mais, une corde et quelques braves pour la tenir depuis la terre auraient pu faire l’affaire. Qu’elle ne fut pas sa surprise en découvrant le cousin de Prisca, proclamant qu’il allait apprendre à nager. En bonne frontalière, Jessaldine s’empressa de le réprimander et de le faire revenir à la raison.

Après un dîner frugal – autrement dit, un repas pantagruélique pour ces frêles Grandes Gens – la frontalière s’était rendue sur les lieux de certaines rumeurs. Quelques gredins avaient osé s’approcher de la douce Comté, et avaient notamment volé une volaille à Madame Vertecolline – quels effrontés ! Lorsqu’elle se présenta à eux, réclamant cette pauvre bête, ils lui rirent au nez et déclamèrent qu’il était désormais dans leur ventre. Jessaldine réclama alors un paiement équitable pour ce qu’ils avaient pris, mais ils refusèrent – du moins était-ce ce qu’elle avait compris de leurs marmonnements entre deux rires. Qu’à cela ne tienne, elle entreprit de leur donner une correction et de ramasser leur bourse une fois à terre – quelques intérêts pour le dérangement n’étaient pas excessifs. 

Rassurez-vous, pas d'alcool en service.
Rassurez-vous, pas d’alcool en service.

Particulièrement fière de sa victoire – bien que ce fut très simple et rapide – la frontalière rentra à Stock, son village, afin de dédommager Madame Vertecolline de ce contretemps – avec les compliments des messieurs. Néanmoins, avant de reprendre une énième fois sa ronde, Jessaldine prétexta une visite professionnelle à la Perche dorée afin de s’octroyer une petite pause, le nez dans un verre – d’eau, bien évidemment, surtout pas de cidre, bien que cela fût son péché mignon.

3

La nuit tomba, quelques degrés également, et la hobbite resserra son écharpe autour de son cou. Sa chère mère, Pervenche, l’avait tricotée pour sa petite fille. Une mère était ce qu’elle était, et comme toutes les mères, Pervenche Magotte n’aurait jamais laissé sa fille être frontalière, si cela n’avait tenu qu’à elle. Avec quelques réserves, elle avait accepté le terrible choix de sa fille – mais pas sans une écharpe digne de ce nom pour qu’elle n’attrapât pas froid durant son travail !

Ah, ces soûlards...
Ah, ces soûlards…

Avant de rejoindre son lit, dont elle percevait la voix de loin, l’appelant, la quémandant… Jessaldine surveilla un temps une fête d’anniversaire devant la Perche Dorée – le petit William fêtait ses 14 ans, et lui ne buvait pas que de l’eau ! Heureusement, la bonne humeur régna et aucun débordement ne fut à déplorer – mais, rassurez-vous, s’il y en avait eu un, la frontalière Petitterrier aurait sévi ! À chacun sa routine.


Torse : Tunique à manches courtes et pantalon estivaux, festival d’été, en vert forêt.
Tête : Toque de shiriffe frontalier, récompense de quête à Grand’Cave, bordeaux.
Épaules : Spallières de voyageur elfe, craft de tailleur expert, bordeaux – mais fait par maman !
Dos : Sac de sentinelle, PNJ équipementier, terre de sienne.


Voici pour cette première tenue, ainsi que ce premier article ! J’espère qu’il vous aura plu.

Sincèrement vôtre, Jessaldine, Taill’Ithilien.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Frontalière Jessaldine. »

  1. Ce chapeau est tout simplement indémodable. Il convient à tous les hobbits à la perfection je trouve.
    Je suis aussi assez fan du Sac de la Senti que l’on peu avoir facilement et qui se porte plutot bien sur les petits hobbits 🙂
    Beau travail ! 🙂

    J'aime

  2. On m’a volé un poulet ??!

    Sinon, je plussoie Yao sur l’utilisation du chapeau, il est vraiment top pour un hobbit en vadrouille 🙂
    Je suis conteeeeente que tu te sois lancée ! Et j’ai hâte de découvrir la suite 🙂

    J'aime

    1. Ahah, pardonne-moi, j’étais beaucoup trop tentée. Mais ne t’en fais pas, tu as été grassement remboursée grâce à moi !
      J’espère ne pas (trop) te décevoir.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s