Le boucher qui mangeait les hobbits pas sages.

Soyez sages, petits hobbits, ou le boucher maudit vous dévorera…


Pour le concours d’Aza et Epi, la Parade des Affreux, j’ai proposé cette tenue. Je me suis beaucoup amusée à la créer, à vrai dire ! Je voulais participer avec un de mes deux nains, il s’agit ici de Kokili (non pas Khazador dont vous avez déjà fait connaissance), que j’ai relooké pour l’occasion. Les nains sont si délaissés que je vais essayer de vous proposer plus d’articles avec eux – enfin, j’ai tellement de projets dans ma tête que je doute de tous les voir se réaliser. Puisqu’il s’agissait d’un concours, je me devais aussi de me démarquer en proposant une tenue inédite, question de fierté, vous voyez – même s’il y a eu de très belles surprises qui m’ont émerveillée. Ces bonnes résolutions ne m’ont pas aidée au début, je n’avais pas beaucoup d’idée. Et puis, quelques jours avant la fin des participations, j’ai repensé à la cape que l’on obtient avec une quête du Pays de Dun, qui est déchirée et parsemée de tâches de sang. Toute ma tenue est partie de cette idée, et j’ai imaginé un boucher de l’horreur : un déguisement aussi bien digne d’un film d’horreur que des parents qui accompagnent leurs enfants habillés en mignons fantômes et autres sorcières pour récolter des bonbons.

Bouh !
Bouh !

J’avais donc la cape et la couleur principale : rouge sang ! Pour créer un boucher, j’ai naturellement pensé au tablier de cuistot que l’on trouve chez l’équipementier, je l’ai essayé mais ne l’ai pas apprécié. Une partie ne se teint pas et je le trouvais trop propre, trop simple, rien qui ne fasse horreur. Il s’agit de mon cher chef de confrérie et ami, tonton Silma (ou Vanielle en version cochonne) qui m’a suggéré de partir sur une chasuble métallique que les anciens bouchers avaient – une sorte de cotte de maille, autrement dit, c’était parfait pour un univers tel que LOTRO ! J’ai tout de suite pensé au torse de capitaine de Harndirion, car Prunaprismia avait souligné dans son tout premier article qu’il y avait de petites tâches de sang dessus. Au niveau des jambières, j’ai cherché ailleurs mais je n’ai pas trouvé d’autres jambières dans ce style, cotte de maille qui descend comme une jupe – je suis donc restée sur l’ensemble. Je voulais également un masque, pas quelque chose de ridicule mais plutôt inquiétant, voire effrayant. J’ai hésité entre le casque de cambrioleur et de chasseur, mais celui du cambrioleur fait une grosse tête sur les nains. Ce bandeau devant le nez est simple et efficace, de plus, le tour de cou qui se teint tombait à merveille. Concernant les épaulières, j’ai pensé un instant aux célèbres Gwir-palvais, mais cela faisait trop raffiné ; au contraire celles de Galtrev finissaient et unifiaient le torse et la tête. Pour les gants, je suis partie sur une paire qui se teint très bien et qui relève le rouge. Finalement, pour les bottes, j’aimais cet aspect de bottes normales mais qui ont rougi à force de baigner dans le sang, nihihi…


Boucher3

Il faut être sage, mon poussin. Pas seulement parce que maman te le demande, mais parce que le boucher maudit surveille tous les enfants hobbits. Chaque nuit, il sort et arpente les douces collines de la Comté, et observe l’intérieur des maisons à travers les vitres pour trouver les enfants qui ne sont pas sages.

Boucher4

Sais-tu ce qu’il leur fait ? Il les dévore tout cru ! Il a tant mangé dans sa longue vie qu’il est devenu plus grand et plus gros, mais aussi plus fort, tel un ours. On le reconnait aux tâches de sang qui le recouvrent… Mais tu n’as pas à t’en faire, mon enfant : le Vieux Touque lui a lancé une malédiction, afin qu’il ne puisse manger que les enfants pas sages.

Aucun enfant ne peut en échapper, il les retrouve toujours. Alors, une ombre obscurcit la maison, on toque à la porte et le vent s’insinue à l’intérieur, et, sans qu’on ne sache comment, ses victimes sont attirées par sa présence, elles le rejoignent, dehors, dans la nuit. Une fois l’enfant à sa portée, il l’assomme d’un grand coup sur la tête, BAM ! Et il emporte son deuxième – ou troisième – souper…

Je fais de la bouillie pour mon gros estomac...
Je fais de la bouillie pour mon gros estomac…

Il est un excellent cuisinier, meilleur encore que mamie, et il sait quels sont les morceaux les plus juteux. On ne revoit jamais les enfants qu’il emmène – mais parfois, dans son sillage, on peut sentir une délicieuse, succulente et appétissante odeur de ragoût chaud.

Un peu gluant, mais appétissant !
Un peu gluant, mais appétissant !

Ou alors, dans les nuits les plus noires, où le ciel recouvert de nuages ne dévoile pas une seule lueur, on peut voir la lumière d’un feu. Car, s’il est dit beaucoup de choses à son propos, une seule s’avère être vraie : il adore les côtelettes au barbecue, et parfois, à côté de quelques cendres, certaines personnes retrouvent des os rongés.

Toc, toc...
Toc, toc… Des bonbons ou du SANG !

Mon enfant, tu n’as pas été très sage aujourd’hui. Entends-tu quelqu’un toquer à la porte ? 


Tête : Flèche inférieure du casque de l’Ouest, set chasseur de Harndirion, écarlate.
Dos : Cape épaisse de destruction, récompense de quête du Pays de Dun, noir.
Épaules : Protections d’épaules en cuir de lynx, réputation de Galtrev, écarlate.
Torse :
Cri inférieur du plastron de l’Ouest, set capitaine de Harndirion, rouge.
Gants :
Dolen-Lhaw, récompense de quête du Pays de Dun, rouge.
Jambes :
Cri inférieur des jambières de l’Ouest, set capitaine de Harndirion, rouge.
Bottes :
Les bottes du Maître archer, set chasseur de Nan Curunir, écarlate.


Je tiens à spécifier qu’aucun cochon n’a été maltraité durant le shooting photo.

Joyeux Halloween !

Sincèrement vôtre, Delbenneth, Taill’Ithilien.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Retour : De lames et d’aiguilles #2.

Résumé de la soirée qui fut un véritable succès – avec quelques considérations cosmétiques !


Hier soir a eu lieu le second défilé « De lames et d’aiguilles » en Comté, sur la Scène de Methel. Nous avons eu 14 participants – dont 1 nain ! – et un public si nombreux que je n’ai pas pu compter. Ce fut un véritable succès ; chaque participant s’est prêté au jeu, les spectateurs leur ont réservé un excellent accueil, et, pour tout vous dire, j’ai eu de nombreux compliments qui m’ont fait chaud au cœur ! Je tiens donc à remercier toutes les personnes présentes, nos Daft Pigs pour avoir animé la soirée, Prunaprismia, Yao, Louella, Amalfin et Krevtar pour m’avoir aidée dans l’organisation, Delgehelm pour avoir réalisé l’affiche officielle, les 14 participants pour avoir pris le temps de préparer une belle tenue et de passer plus de deux minutes sur scène, le public pour avoir été présent et avoir voté pour départager nos concurrents, sans oublier Kaels pour son généreux don d’une monture Perlino qui a été offerte au grand gagnant, et enfin Nyhmirka, qui a accepté de sponsoriser l’événement en offrant Points Turbine et publicité.

Comme lors du premier défilé, nous avons proposé 2 thèmes au public – qui étaient « Les tenues de Yule » et « Moi, beau et méchant » – qu’ils ont départagés. Sans même avoir à compter, « Les tenues de Yule » fut nommé vainqueur ! Autrement dit, le prochain défilé portera sur ce thème. Ce n’est pas encore certain, mais je pense qu’il aura lieu aux alentours de décembre/janvier. À suivre donc !

Quant aux vainqueurs, c’est Lizeth qui gagne la première place, avec une note de 8,1/10 ! La deuxième suit de près, avec 8/10, Iryssa ! Notre troisième n’est autre que Gamleth, avec 7,8/10 !
Le quatrième est Lyanthor, avec 7,6/10.
Les cinquièmes sont Arthanos, Mellinbel, Anouck et Bradrar, avec 7,5/10.
Les sixièmes sont Valcapone, Zhalfirine et Eljoying, avec 7,1/10.
Le septième est Lisselia et , avec 7/10.
Le huitième est Eaira, avec 6,9/10.
Le neuvième est Lomewen, avec 6,1/10.


Lizeth.

Lizeth est passée en première et a tout de suite fait sensation ! Les couleurs vives et belles ont attiré l’œil, sans oublier les cornes de son cheval. Lizeth est parfaitement assortie à son cheval, le thème est donc totalement respecté. L’ensemble est harmonieux. Elle aura su tirer à profit les nouvelles pièces d’ornementation de cet été, même les spallières : je les trouve magnifiques et, si de prime abord elles me paraissaient plus idéales pour une armure lourde, Lizeth m’a fait changé d’avis avec sa tenue ! Personnellement, je ne regrette que ses armes : compte-tenu du style léger, voire civil de sa tenue, elles sont de trop. Il s’agit pour moi d’une faute, mais cela n’a pas empêché au public de louer la beauté de sa prestation et de lui attribuer une première place, qu’elle mérite amplement.


Eljoying.

Le passage d’Eljoying a été très remarqué, sur une mélodie de mariage ! Lorsqu’elle m’avait envoyée son inscription, j’ai tout de suite remarqué le côté blanc et robe avec traîne (sous-entendu cape) et voile (sous-entendu capuche). Sachant que notre Groupig entretient un fol amour avec Anur, un de nos cochons, nous n’avons pas pu nous empêcher de choisir cette musique. J’aime beaucoup sa tenue blanche – il est difficile d’avoir un blanc immaculé, la plupart des pièces donnant un blanc cassé avec cette teinture. Son cheval était également très élégant et ce côté riche allait de pair avec elle. Tout simplement parfaite !


Lisselia.

Cette hobbite n’est autre qu’Aza ! Évidemment, cela ne pouvait être synonyme que de qualité – hihi, un peu de compliment ne fait pas de mal. Avec sa participation, nous avons quitté les belles robes de dame pour une tenue plus guerrière ! J’aime beaucoup les gants et les bottes en fer, simples mais efficaces, et dont la forme sied à une hobbite. Je ne m’attarderais pas sur ses épaulières – nous savons tous quel amour Pruna leur porte, et je partage indéniablement son avis. Sa tête nue me plaît, car la coiffure simple mais faite pour ne pas gêner la vue est idéale pour une petite guerrière. Son poney était adorable, tout en noir, sans fioriture, il suivait très bien avec sa maîtresse ! Contrairement à Lizeth, ici, j’aurais bien vu une petite dague cosmétique.


Lyanthor.

Notre premier homme de la soirée s’est présenté dans une magnifique tenue : autant dire qu’il a dû réveiller l’attention de plus d’une ! Notre célèbre pirate est donc passé en tant que tel, chapeau de corsaire et bandeau devant l’œil (je me demande s’il est vraiment borgne, ou si c’est pour le style). Sa tenue, toute en simplicité, m’a personnellement conquise ! Le mélange de noir et de terre de sienne est magnifique, la chemise et le pantalon noirs lui donnent ce côté bad-boy attirant. Quant à sa monture, elle était parfaite. Le risque avec les montures de guerre est qu’elles soient trop surchargé d’ornementation. Ici, Lyanthor s’est contenté de peu de pièces, mais le résultat est sublime. Sa robe noire peut être admirée de tous alors qu’il porte son cavalier. J’adore le carquois en plus !


Iryssa.

La petite guimauve haute en couleur de la soirée a été ma chouchou ! Si je n’avais été que la seule à voter, sans aucun doute qu’elle aurait fini première. Dès son inscription, avec la simple description de sa tenue, je l’ai adorée. Le mélange de robe et de turquoise est épatant et détonnant. De plus, la cape et la robe qu’elle a choisies ont la particularité d’avoir deux variantes de la même teinture, une claire et une foncée. Quant à ses petits chaussons blancs, je les trouve adorables. Iryssa m’a donné envie de la croquer toute entière ! N’oublions pas son cheval : elle l’a choisi avec brio, il lui convient parfaitement au niveau des couleurs et pour ce côté festif. Magnifique !


Gamleth.

Le passage de Gamleth a été sans surprise : tout habillé de vert et dans un pur style rohirrim, sa magnifique monture est digne des grands dresseurs du Rohan. Que pourrais-je ajouter à cela, après tout, Gamleth est le meilleur pour ce qui est du Rohan. Avec des pièces toutes en simplicité (autrement dit, sans store), il aura su conquérir le cœur du jury et du public. Le cavalier est parfaitement assorti à sa monture, aussi bien dans les couleurs que dans l’aspect guerrier. Je ne peux également que complimenter la robe de son cheval, qui résulte d’un grand farm des Troupes de Guerre du Rohan. Difficile à avoir, mais tellement belle, ne trouvez-vous pas ?


Arthanos.

Pour changer, nous avons eu un elfe ! Arthanos est passé dans une tenue somptueuse, digne de son peuple de la Forêt d’Or. Son armure blanche et or représentait tout du fier guerrier prêt pour une parade militaire. Mais je me sens obligée de passer rapidement à sa monture car, si sa tenue était belle, elle est devenue magnifique en selle. Sa monture était sublime ! Je n’avais encore jamais vu ce caparaçon, mais j’en suis tombée amoureuse. Son cheval a sublimé son cavalier. J’aime aussi les petites jambières, tout en or, sans oublier les bois qui donnent à la mule l’élégance digne des elfes. Tout comme Lisselia, une arme – épée ? – aurait été parfaite avec cette armure. Je pense aussi qu’il aurait fallu teindre la cape, afin de rappeler ce mélange d’or et de blanc, au lieu du tout blanc.


Mellinbel.

À son entrée sur scène, Mellinbel était accompagnée d’un cheval noir en tant que pet, et autant dire que cela lui a valu de nombreux compliments parmi le jury. Personnellement, il s’agit de ma seconde chouchou de la soirée ! Je suis tombée sous le charme de sa tenue. Toute en noir, avec sa cape à capuche, elle a attiré mon œil. La tenue est très harmonieuse, et la sensation de mystère et de danger qui s’en dégage est agréable. J’ai poussé un cri d’admiration lorsqu’elle est montée sur son cheval : à nouveau, nous avions un cavalier en parfaite symbiose avec son cheval ! Les deux se complètent à merveille, et se subliment mutuellement. J’ajouterais que l’épée était le petit détail en plus, et que sa prestation était très réussie.


Lomewen.

Notre neuvième participante n’était autre qu’une grande amatrice des Daft Pigs – nous avons été ravis de l’accueillir ! Notre amie est passée avec une armure que j’affectionne personnellement ; je trouve la tunique travaillée et belle, de plus elle ne fait pas trop vulgaire sur les femmes et leur donne un côté guerrière plus sérieux qu’avec d’autres pièces. Malgré la réticence de certains quant à cette couleur, je l’apprécie sur les chasseurs. Lomewen est bien assortie avec son cheval : il a même un carquois de rechange pour elle ! Comme Mellinbel, l’arc est ici idéal pour la tenue choisie. Je regrette néanmoins l’absence d’épaulières : les elfes ont l’inconvénient d’avoir les épaules tombantes, ce qui n’est pas très beau – une elfe, quoi ! 😉


Anouck.

Anouck a su attirer l’admiration avec sa monture. Toute en bleu acier, la couleur s’approchait du noir tout en apportant une nuance. Cette tenue lui sied à merveille, elle est digne d’une Maîtresse du Savoir. J’aime beaucoup la cape, qu’il est possible d’avoir avec la réputation des Gardiens d’Annuminas, qui est simple mais élégante, rehaussée par un petit dessin blanc. De même, j’apprécie les épaulières, elles font de très belles épaules et leurs fioritures sont discrètes mais efficaces. Anouck a bien choisi son cheval, il est magnifique et convient parfaitement à sa tenue. Je ne l’ai pas mais, maintenant que je l’ai vu, il va m’être difficile de ne pas tout faire pour l’avoir !


Valcapone.

Je ne sais que dire sur la tenue de Valcapone, puisqu’il me semble avoir déjà tout dit dans mon article Nos rues ont du talent #1 ! J’ai été très heureuse de le voir se proposer ; j’ai eu la pensée que mon article n’avait pas servi à rien. J’aime beaucoup ce petit mousquetaire ! Contrairement à mon précédent article, nous pouvons ici le voir avec une monture. Si j’aime beaucoup la tenue en elle-même, hélas, je ne trouve pas qu’elle soit en harmonie avec le cheval. Nous y retrouvons le blanc et le bordeaux, mais le cheval apporte un vert rôdeur que nous ne retrouvons pas sur la tenue. Au moins, le style était le même : un cheval pimpant aurait été un plus mauvais choix.


Bradrar.

Bradrar a provoqué moult réactions à son entrée sur scène : non seulement des deux défilés il s’agit du premier nain à participer, mais en plus, il est passé avec une chèvre ! Lorsque j’ai reçu son inscription, je m’en suis trouvée ravie, et je le remercie d’avoir représenté son peuple, bien trop délaissé. Qui plus est, notre nain est passé dans une tenue digne d’un nain ! De confection simple (accessible même aux bas levels, autrement dit), elle a su pourtant nous charmer. La présence de l’arc était également apprécié. Quant à la chèvre, il s’agit de celle que l’on obtient avec la réputation du Palais de Thorin et elle lui convenait parfaitement bien, par sa couleur mais essentiellement par ce côté nain. On adore.


Eaira.

Eaira est passée avec le même cheval que Valcapone – il s’agit de notre seul doublon de la soirée. Si, lui, n’était pas totalement en accord avec son cheval à mon humble avis, elle a, quant à elle, réussi à être magnifiquement bien assortie à sa monture ! L’ensemble est harmonieux, que ce soit par les couleurs que par l’aspect général. Néanmoins, je ne suis pas très fan de la tenue en elle-même. Malheureusement, il y a trop de couleurs : du bordeaux, du noir, du gris, du vert olive, du blanc et du bleu acier. Je pense qu’il aurait fallu teindre les bottes et choisir d’autres épaulières, car elles ont une partie bleue qui ne peut être changée. Je trouve cela dommage, car les pièces allaient bien ensemble et elles mettaient en valeur sa silhouette d’elfe.


Zhalfirine.

Notre dernière participante a su éblouir le public avec sa chèvre blanche. Je la trouve somptueuse. La cavalière, elle, est très belle également : cette tenue hivernale est bien réalisée, dans les mêmes tons et avec beaucoup de fourrure, idéal pour voyager en Forochel ou dans les Monts Brumeux. Sa capuche, très récente puisqu’elle s’obtient avec les jetons du nouveau raid, est bien choisie également : les contours marrons rappellent la tenue quand le blanc rappelle la chèvre, sans oublier le cache-nez, qui permet de se protéger du froid. Zhalfirine et sa chèvre semblent toutes deux prêtes à affronter un froid glacial.


Avec autant de beaux cavaliers, vous comprenez certainement à quel point il fut dur de départager tous les participants. J’avais, pour chaque participant, plusieurs raisons de le voir gagner ! Notre juge a néanmoins annoncé le verdict. Il s’agit d’un très beau podium, félicitations à vous trois, vous le méritez !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tous les participants ont offert une magnifique prestation, je vous remercie, tous, du fond du cœur, d’avoir fait vivre cet événement. J’espère que le défilé vous aura plu, et que vous êtes prêts à remettre le couvert, car moi, oui ! Merci à Prunaprismia pour ses screens.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Je conclus sur la petite surprise de la soirée, hihi !

J'espère être invitée au mariage !
J’espère être invitée au mariage !

À très bientôt,

Sincèrement vôtre, Jessaldine, organisatrice.

Nos rues ont du talent #1 !

Savez-vous que le triumvirat de blogs cosmétiques français n’est pas le seul moyen de trouver l’inspiration ? Regardez autour de vous…


Voici un article bien étrange, me diriez-vous. Pourtant, j’en avais l’idée à la création de ce blog, et je compte bien en faire d’autres ! Habituez-vous d’ores et déjà à ce format inédit et, surtout, prêtez-moi plus attention si vous me croisez sur le jeu, hihi. À vrai dire, si vous recevez de moi un MI vous complimentant sur votre tenue, commencez-vous à vous inquiéter. Si vous me voyez, ensuite, vous tourner autour : souriez, vite !

Cela fait un certain temps (mon premier méfait date de janvier 2016, pour être exacte) que j’ai décidé de prendre en screen les belles tenues que je voyais au détour d’une quête ou d’un orque. À vrai dire, lorsqu’on observe bien les joueurs nous entourant, beaucoup ont le souci de parader avec élégance et beauté. Même si la plupart d’entre eux n’ont pas la patience, ou l’imagination, ou même l’envie d’en faire des dizaines et des dizaines comme nous autres fashionistas (Pruna, Epi, Aza, on parle de vous !), il n’empêche que certains savent faire de très belles choses à l’occasion pour leur seul plaisir. Aujourd’hui, mon article vise à les mettre à l’honneur et à vous révéler leurs belles créations, pour le simple plaisir des yeux ! Il va de soi que, prenant ces screens à la sauvette sans que la personne ne soit forcément au courant, ils ne seront pas d’une très grande qualité. Vous découvrirez également que les festivals sont une très grande source de plaisir visuel et vestimentaire.


Mon premier méfait.
Mon premier méfait.

Le mousquetaire.

Oui, Valcapone m’a fait penser à un mousquetaire dans cette tenue. J’ai littéralement flashé dessus, alors que j’achetais quelques parchemins d’éveil. J’aimais beaucoup ce mélange de blanc et de rouge, sans parler de ce chapeau ! Il est très original et il est rare de le voir. Or, j’aime voir des choses inédites, et ce chapeau donne un petit air canaille et fripon qui m’a fait craquer. Le torse et les gants viennent des quêtes du Pays de Dun ; autrement dit, indubitablement de belles pièces. J’ai utilisé moi-même ce torse pour ma Delbenneth : si vous passez par cette région, surtout, regardez et gardez les quelques merveilles que l’on y trouve. Les bottes et les épaulières viennent du set de la compagnie grise, que l’on obtient avec la quête épique. Contrairement à Prunaprismia, j’adore cette tenue dans son ensemble, et ici, les pièces sont très bien utilisées. La petite dague glissée à la cheville et la protection d’épaule en métal octroient à la tenue cet aspect guerrier-vagabond. Quant à la cape, elle est sublime ! Elle s’obtient lors du festival d’été et je vous conseille de vous la procurer. Ici, l’arbre doré rappelle les quelques dorures présentes sur le torse et le bordeaux utilisé le relève à merveille.

Les seuls bémols que je puisse trouver sont le bug avec des épaulières – je maudis ces bugs, je les déteste, je pleure de désespoir face à eux – et les bottes, trop claires par rapport aux gants, à la cape et au chapeau. Mais il ne s’agit que du tatillonnage d’une addict de la perfection.

Celui-ci était consentant, si si !
Celui-ci était consentant, si si !

Deuxième méfait.
Deuxième méfait.

Un grain de sable.

Cette tenue est on ne peut plus simple, avec des éléments faciles à trouver. Voyez-vous, avec ma beornide Olgretta, dont j’ai déjà présenté une tenue, chaque tenue est associée à une couleur de tatouage bien spécifique. Lorsque je change de tenue, je change également la couleur de son tatouage ; cela peaufine et finalise l’habit. Il ne faut pas sous-estimer l’apparence de notre personnage, et Elayne a magnifiquement bien réussi cet exercice ! Tout l’attrait de sa toilette réside dans l’harmonie globale qu’elle propose : blonde et blanche de peau, la teinture blanche qui, ici, donne du beige, lui sied à la perfection. Les pièces sont également bien choisies. Tout d’abord, il n’y en a que trois, le nombre peut paraître petit mais, ici, des épaulières ou des gants auraient caché sa peau et cassé cet ensemble harmonieux. Qui plus est, la couleur claire rappelle les couleurs de l’été et le torse sans manche accentue cette impression. Les jambières proviennent du craft tailleur niveau maître ; j’admets qu’elles figurent parmi mes favorites de par ce mélange pantalon et jupe. Quant aux bottes, je ne saurais pas dire d’où elles viennent, mais elles sont très belles et arrivent à la bonne hauteur vis-à-vis des jambières.

Il s’agit d’un sans faute, à mon humble avis.


Celle que j'ai dû effrayer.
Celle que j’ai dû effrayer.

La blanche colombe.

J’étais obligée de vous mettre cette demoiselle dans mon premier article, tout simplement car elle fut la plus difficile à immortaliser ! Elle a été pour moi source de frustration, d’amusement et de gêne. Pour tout vous dire, elle n’arrêtait pas de bouger ! Je lui courais après sans cesse ! Imaginez-vous : Minas Tirith, personne à part nous deux, elle bouge dans tous les sens, et moi, derrière, qui lui court après où qu’elle aille. Je crois sincèrement que, si elle m’a remarquée, je lui ai fait très peur, hihi ! Pourtant, j’essayais d’être à peu près discrète, je gardais un peu de distance, je ne me précipitais pas juste après elle ; mais au bout de cinq minutes de ce manège, ma couverture devait certainement être grillée. J’ai même posé une question sur un des bijoux du raid sur le canal monde pour me trouver un alibi ! Si la joueuse (ou le joueur) passe par ici, je tiens à la rassurer sur ma santé mentale et sur sa propre sécurité physique : je te trouvais juste belle.

Toute en simplicité également, sa tenue est pourtant jolie et, elle aurait pu passer sur le thème des Tenues de soirée du premier défilé sans problème. Le blanc n’est pas une couleur très utilisée – certainement dû au fait que la plupart des pièces teintes en blanc donnent un blanc cassé ou un beige, comme la tenue précédente. Sayanu a su utiliser cette couleur avec brio. La robe d’azur, que l’on obtient au bout de 5 ans d’ancienneté sur LOTRO, est lumineuse à cause de cet aspect brillant ; le blanc est ici sublimé. Les petites dorures ressortent, et le serre-tête ailé (qui provient du camp d’escarmouche, PNJ ornementation) est teint en doré pour rappeler ces fioritures : elle a réussi, l’espace d’un instant, à me réconcilier avec ces ailes de métal disproportionnées ! Pour ce qui est de la cape, il me semble qu’elle vient du Store. Elle complète la tenue, tout d’abord par son aspect elfique, ensuite par ces petits détails dorés, puis par la petite touche de couleur qu’elle apporte. Le vert pourrait paraître inopiné, ou bien pourrait laisser à penser qu’il aurait fallu un autre détail de la même couleur, mais j’aime beaucoup cette petite touche. Moi-même, j’aime m’habiller tout en noir, ou en blanc, et relever le tout par de petits détails tels que les bijoux, la ceinture, les chaussures. J’aime beaucoup cette tâche de vert.

L’unique bémol réside dans l’aspect graphique de la cape. Tout est brouillon autour du cou et des épaulières auraient pu combler ce vide de pixel – ou bien, une âme charitable travaillant pour Turbine.

Pardon, Sayanu.
Pardon, Sayanu.

Immortalisé dans l'urgence.
Immortalisé dans l’urgence.

Robin des bois.

J’ai croisé ce robin des bois au festival d’été – croisé, c’est bien le mot. Je ne l’ai remarqué qu’à cause du bruit que faisait son sort de tp, autant vous dire que j’ai à peine eu le temps de faire N et F12 ! Malgré son départ imminent, il m’était inconcevable de ne pas l’avoir sur mon album de voyeuse souvenir. Je suis tombée amoureuse en un millième de seconde de cette tenue. Outre la couleur et les pièces choisies, c’est à nouveau le chapeau qui donne à la tenue toute son identité et son originalité, et me fait penser à Robin des bois. Quel malheur pour moi de ne pas reconnaître ce couvre-chef : si certains, ou certaines, savent comment l’avoir, je suis toute ouïe ! La veste de Nadhin est très belle – cela fait d’ailleurs un moment que je me dis que je devrais faire une tenue avec – dans ce vert forêt. Bien qu’elles ne soient pas bien distinguables, je crois également reconnaître les épaulières nadhin, elles-mêmes très belles et qui offrent une alternative aux épaulières de rôdeur habituelles. Il s’agit des mêmes gants que Valcapone, la première tenue de cet article. Ils ont l’air naturellement usés et sont parfaits pour un vagabond, un voyageur, ou un rôdeur. Les bottes viennent du Pays de Dun et il est très facile de les teindre, leur skin est unique et idéal pour des bottes montantes un peu lâches.

L’unique défaut que je pourrais y trouver réside dans le carquois, que nous ne pouvons pas très bien distinguer sur mon unique screen. Saviez-vous que tous les carquois ont une partie qui ne peut pas être teinte ? Évidemment, cette partie est toujours d’une couleur vive, et non pas d’un marron passe-partout. Autrement dit, lorsque l’on fait une tenue avec un carquois, il faut penser à intégrer la couleur fixe dans toute la tenue : ne vous demandez plus pourquoi nous en présentons peu.


Adorable compagne de pêche !
Adorable compagne de pêche !

La prune de la Comté.

Lors d’une de mes parties de pêche au festival d’été, je me suis retrouvée à côté de cette hobbite toute mignonne ! J’aime beaucoup l’aspect global de la tenue, sobre mais vivant, tout à fait hobbite. L’autre point positif réside dans la simplicité de sa confection : le torse et les jambes sont des crafts de bas niveau, l’écharpe vient du festival de Yule et on la voit souvent à l’Hôtel de vente, le chapeau est peut-être la seule difficulté puisque, de mémoire, il faut avoir réussi un des défis du Taureau Mugissant du festival de printemps. Le violet intégral donne un aspect très féminin et civil. Les mitaines de cuir rappellent la ceinture et le col. De plus, la tenue laisse à imaginer une tenue de tous les jours, qui peut être portée pour faire son travail, grâce à cet aspect confortable et pratique. Le chapeau ajoute cette touche de tenue travaillée, et pas simplement d’une armure tout juste teintée. J’aime beaucoup sa forme et il se teint facilement – j’aime beaucoup les chapeaux, je l’avoue.

Seuls les avant-bras, en vert et en or, contrastent et cassent l’ensemble.


Voici pour ce premier « Nos rues ont du talent ! » qui, je l’espère, ne sera que le début d’une longue série – cela dépend de vous et de vos belles tenues ! Vous êtes également prévenus : si vous me voyez, faîtes attention à votre pudeur. Je tiens à m’excuser auprès des joueurs que j’expose ici, pour les avoir pris en screen à leur insu, et pour les montrer ainsi à tous – mais rassurez-vous, si vous êtes ici, c’est que vous êtes beaux.

J’aimerais également avoir votre avis sur cette nouvelle forme d’article, qui met à l’honneur d’autres que moi. Est-ce que cela vous plaît ? Préféreriez-vous lire mes histoires saugrenues ?

J’en profite également pour lancer un appel à nos amis nains : de toutes mes victimes, pas une seule n’est naine. De même, au premier défilé, il n’y en avait pas un seul. Amis nains, je vous le dis avec beaucoup de sincérité : vous êtes plus beaux que des elfes, alors montrez-le à tous !

Sincèrement vôtre, Delbenneth, Paparazz’Ithilien