Le boucher qui mangeait les hobbits pas sages.

Soyez sages, petits hobbits, ou le boucher maudit vous dévorera…


Pour le concours d’Aza et Epi, la Parade des Affreux, j’ai proposé cette tenue. Je me suis beaucoup amusée à la créer, à vrai dire ! Je voulais participer avec un de mes deux nains, il s’agit ici de Kokili (non pas Khazador dont vous avez déjà fait connaissance), que j’ai relooké pour l’occasion. Les nains sont si délaissés que je vais essayer de vous proposer plus d’articles avec eux – enfin, j’ai tellement de projets dans ma tête que je doute de tous les voir se réaliser. Puisqu’il s’agissait d’un concours, je me devais aussi de me démarquer en proposant une tenue inédite, question de fierté, vous voyez – même s’il y a eu de très belles surprises qui m’ont émerveillée. Ces bonnes résolutions ne m’ont pas aidée au début, je n’avais pas beaucoup d’idée. Et puis, quelques jours avant la fin des participations, j’ai repensé à la cape que l’on obtient avec une quête du Pays de Dun, qui est déchirée et parsemée de tâches de sang. Toute ma tenue est partie de cette idée, et j’ai imaginé un boucher de l’horreur : un déguisement aussi bien digne d’un film d’horreur que des parents qui accompagnent leurs enfants habillés en mignons fantômes et autres sorcières pour récolter des bonbons.

Bouh !
Bouh !

J’avais donc la cape et la couleur principale : rouge sang ! Pour créer un boucher, j’ai naturellement pensé au tablier de cuistot que l’on trouve chez l’équipementier, je l’ai essayé mais ne l’ai pas apprécié. Une partie ne se teint pas et je le trouvais trop propre, trop simple, rien qui ne fasse horreur. Il s’agit de mon cher chef de confrérie et ami, tonton Silma (ou Vanielle en version cochonne) qui m’a suggéré de partir sur une chasuble métallique que les anciens bouchers avaient – une sorte de cotte de maille, autrement dit, c’était parfait pour un univers tel que LOTRO ! J’ai tout de suite pensé au torse de capitaine de Harndirion, car Prunaprismia avait souligné dans son tout premier article qu’il y avait de petites tâches de sang dessus. Au niveau des jambières, j’ai cherché ailleurs mais je n’ai pas trouvé d’autres jambières dans ce style, cotte de maille qui descend comme une jupe – je suis donc restée sur l’ensemble. Je voulais également un masque, pas quelque chose de ridicule mais plutôt inquiétant, voire effrayant. J’ai hésité entre le casque de cambrioleur et de chasseur, mais celui du cambrioleur fait une grosse tête sur les nains. Ce bandeau devant le nez est simple et efficace, de plus, le tour de cou qui se teint tombait à merveille. Concernant les épaulières, j’ai pensé un instant aux célèbres Gwir-palvais, mais cela faisait trop raffiné ; au contraire celles de Galtrev finissaient et unifiaient le torse et la tête. Pour les gants, je suis partie sur une paire qui se teint très bien et qui relève le rouge. Finalement, pour les bottes, j’aimais cet aspect de bottes normales mais qui ont rougi à force de baigner dans le sang, nihihi…


Boucher3

Il faut être sage, mon poussin. Pas seulement parce que maman te le demande, mais parce que le boucher maudit surveille tous les enfants hobbits. Chaque nuit, il sort et arpente les douces collines de la Comté, et observe l’intérieur des maisons à travers les vitres pour trouver les enfants qui ne sont pas sages.

Boucher4

Sais-tu ce qu’il leur fait ? Il les dévore tout cru ! Il a tant mangé dans sa longue vie qu’il est devenu plus grand et plus gros, mais aussi plus fort, tel un ours. On le reconnait aux tâches de sang qui le recouvrent… Mais tu n’as pas à t’en faire, mon enfant : le Vieux Touque lui a lancé une malédiction, afin qu’il ne puisse manger que les enfants pas sages.

Aucun enfant ne peut en échapper, il les retrouve toujours. Alors, une ombre obscurcit la maison, on toque à la porte et le vent s’insinue à l’intérieur, et, sans qu’on ne sache comment, ses victimes sont attirées par sa présence, elles le rejoignent, dehors, dans la nuit. Une fois l’enfant à sa portée, il l’assomme d’un grand coup sur la tête, BAM ! Et il emporte son deuxième – ou troisième – souper…

Je fais de la bouillie pour mon gros estomac...
Je fais de la bouillie pour mon gros estomac…

Il est un excellent cuisinier, meilleur encore que mamie, et il sait quels sont les morceaux les plus juteux. On ne revoit jamais les enfants qu’il emmène – mais parfois, dans son sillage, on peut sentir une délicieuse, succulente et appétissante odeur de ragoût chaud.

Un peu gluant, mais appétissant !
Un peu gluant, mais appétissant !

Ou alors, dans les nuits les plus noires, où le ciel recouvert de nuages ne dévoile pas une seule lueur, on peut voir la lumière d’un feu. Car, s’il est dit beaucoup de choses à son propos, une seule s’avère être vraie : il adore les côtelettes au barbecue, et parfois, à côté de quelques cendres, certaines personnes retrouvent des os rongés.

Toc, toc...
Toc, toc… Des bonbons ou du SANG !

Mon enfant, tu n’as pas été très sage aujourd’hui. Entends-tu quelqu’un toquer à la porte ? 


Tête : Flèche inférieure du casque de l’Ouest, set chasseur de Harndirion, écarlate.
Dos : Cape épaisse de destruction, récompense de quête du Pays de Dun, noir.
Épaules : Protections d’épaules en cuir de lynx, réputation de Galtrev, écarlate.
Torse :
Cri inférieur du plastron de l’Ouest, set capitaine de Harndirion, rouge.
Gants :
Dolen-Lhaw, récompense de quête du Pays de Dun, rouge.
Jambes :
Cri inférieur des jambières de l’Ouest, set capitaine de Harndirion, rouge.
Bottes :
Les bottes du Maître archer, set chasseur de Nan Curunir, écarlate.


Je tiens à spécifier qu’aucun cochon n’a été maltraité durant le shooting photo.

Joyeux Halloween !

Sincèrement vôtre, Delbenneth, Taill’Ithilien.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Les frères Celdor en voyage.

Serait-ce un elfe ? Avec un nain ? Quel étrange duo que les frères Celdor.


Après un indémodable, laissez-moi vous surprendre en vous proposant non seulement un elfe, mais un couple improbable. Khazador et Celebrinborn n’avaient rien en commun, jusqu’à ce qu’ils partagent le même maître, la naine Nuzi Mainsalvatrice. Vous vous en doutez – nain et elfe oblige – l’entente n’a pas été immédiate. Ils étaient plutôt de très grands rivaux, étudiant toujours plus pour surpasser l’autre et devenir un meilleur gardien des runes que l’autre. Mais avec le temps, ils apprirent à s’apprécier, et à se considérer comme des frères – n’en voulez pas au petit Khazador, tous ses frères étaient de grands guerriers tout en muscles et avoir quelqu’un avec un peu de jugeote le changeait. Hélas, l’âge et le temps eurent raison de leur maître. Celebrinborn devait quitter les Montagnes Bleues pour retourner auprès des siens – aussi étrange que cela me paraisse, un elfe semble être capable de se rebeller, même un peu, car il décida de ne pas faire ce que l’on attendait de lui. Ainsi les deux gardiens des runes, frères de cœur, partirent ensemble faire profiter aux mondes leurs immenses connaissances – et leurs immenses chevilles.

Tu vois quoi ? - Bah des ruines.
Tu vois quoi ? – Bah des ruines.

Cette tenue est partie d’une idée que m’avait donné Mamie Krevy, elle m’avait demandé une tenue pour son Maître du savoir dans les tons bleus. Je voulais faire un mélange de bleu vif et de terre de sienne – je suis partie sur tout autre chose pour elle, finalement, je vous le montrerais peut-être un jour, il va juste me falloir des mois de supplications pour avoir une séance photo. Bien sûr, je n’ai pas abandonné mon idée, et je l’ai réutilisée pour les frères Celdor – tonton Silma (aussi connu sous le nom de Vanielle dans les Daft Pigs), qui est donc l’elfe (j’en habille, hors de question d’en avoir sur mon compte !) m’avait demandé une seconde tenue, ayant aimé la première (je vous la montrerais aussi, patience !). Je suis tombée amoureuse du pantalon : simple mais la teinture rend merveilleusement bien dessus, et les petits détails sur les côtés finissent de décorer la pièce. Il n’est pas évident, cependant, de trouver une tenue qui aille aussi bien à un elfe qu’à un nain. Il y a notamment deux petites différences : le diadème, mais il s’agissait d’un choix, et les gants. Les gants bleu/blanc qui montent sur l’avant-bras sont tout simplement splendides, de surcroît, ils conviennent à merveille à des érudits chics qui écrivent régulièrement. Hélas, cela faisait de trop gros bras pour Khazador, aussi ai-je opté pour des gants ne recouvrant que la main. Ensuite, que dire de la cape, si ce n’est qu’elle est merveilleuse ?


J'étais sur la route... ♫
J’étais sur la route… ♫

Au dehors, le voile de la nuit avait recouvert les terres sauvages de l’Ouest. Tout le monde le savait : il était dangereux de voyager de nuit dans cette région. Par chance, une auberge rustique avait ouvert ses portes aux deux étranges voyageurs. Ils attirèrent l’œil, mais dédaignèrent les chuchotements – par habitude, en effet. Dans l’âtre rouge et noir, un brasier était régulièrement alimenté, afin de procurer à toute la pièce la douce chaleur d’un feu qui transperçait l’air nocturne. Tels des papillons de nuit, les frères s’approchèrent des flammes qui s’entremêlaient aux notes cassées d’un luth d’un autre âge. Le bruit redondant des crépitements et des grattements réveillèrent leur sommeil, et dans un magnifique bâillement, ils décidèrent de se reposer de leur longue journée de marche. 

Ils se réfugièrent dans la chambre miteuse qu’ils avaient louée afin de bénéficier du repos du juste. Quelques fugitifs couinements aux coins des pièces et les draps rongés par les mites eurent presque raison de Celebrinborn, qui songeait alors à la terre fraîche et à un nid de feuillage, plus au goût d’un elfe. Mais, par quelques menues et tendres attentions de son frère, il trouva le sommeil, bercé par des mots en khuzdul auxquels il n’entendait rien (en fait, heureusement).

6

Le lendemain matin, après une nuit peuplée de rongeurs et d’insectes dégoûtants, les deux compagnons reprirent leur route. Où allaient-ils ? Eux-même ne le savaient pas vraiment ; seules les rumeurs de terres rougeoyantes avaient attiré ces experts en mystères. Les routes n’étaient plus autant empruntées que jadis, et leur avancée était ardue, causant des douleurs lancinantes en bas du dos. Alors que le soleil était à son zénith, leur ombre se rétractant, se cachant, ils firent halte dans une ancienne ruine d’un ancien temps. 

Allez, partage ! Radin.
Allez, partage ! Radin.

De là où ils se trouvèrent, une vue imprenable s’offrait à eux. Les terres désormais pauvres et blessées étaient d’une pâle couleur. Hélas, ils ne purent prolonger trop longtemps leur arrêt, la nécessité d’un nouveau lieu de villégiature étant toujours présente. Ils mangèrent à leur faim, reposèrent leurs pieds rougis malgré les souliers neufs et robustes qu’ils eurent achetés, fumèrent un peu – se taquinèrent un peu – avant de reprendre chemin. 

Par chance, leur voyage se déroula sans rencontre importune – ou plutôt, heureusement pour ceux qui auraient eu l’idée de se mettre sur leur chemin. Ils firent une nouvelle halte en apercevant un petit lac d’eau claire. Ils purent s’abreuver et remplir leur gourde, ainsi qu’admirer les reflets des branchages sur l’onde tranquille. 

Celdor tenue de voyage

Puis, non loin de la source fraîche, ils rencontrèrent un peuple vivant dans une ruine. Ils furent chaleureusement accueillis, et décidèrent d’y passer la nuit. La chaleur de la compagnie délièrent leur langue, et ils offrirent moult récits. Mais ils en apprirent plus sur ces terres rougeoyantes, et leur prochaine escapade promettait d’être mouvementée… 


Tête : Beau serre-tête d’elfe, festival de printemps pour Celebrinborn. Serre-tête en adamantite, coffre à butin pour Khazador.
Dos : Cape de Nárië, festival d’automne?, bleu evendim.
Épaules : Spallières de chasseur, Harndirion, bleu evendim.
Torse : Armure d’érudit nain, tailleur léger expert, bleu evendim.
Gants : Gants de la Mélodie insouciante, camp d’escarmouche set Barad Guldur 65, bleu evendim pour Celebrinborn. Gants de partisan elfe, tailleur intermédiaire artisan, bleu evendim pour Khazador.
Jambes : Jambières de cérémonie de la Voix argentée, camp d’escarmouche set Faille, terre de sienne.
Bottes : Bottes de cuir brossées, camp d’escarmouche, bleu evendim.


Alors, qu’en pensez-vous ?

Sincèrement vôtre, Delbenneth, Taill’Ithilien.

Ce diaporama nécessite JavaScript.